Maréchal Philippe Pétain

Un charisme durement conquit

Marechal philippe petain

 

             C'est le 24 avril 1856 que naquit Philippe Pétain à Cauchy-la-Tour, dans le Pas-de-Calais. Il est issu d'une famille catholique pieuse et suit donc une éducation dans un établissement de jésuites notamment. En 1876, il entre à Saint-Cyr et c'est ce qui marque le début de sa carrière militaire. Le 30 août 1914, alors que la Première Guerre mondiale éclate contre l'Allemagne, il est Général de brigade bien qu'ayant l'âge de la retraite. Puis, en juin 1915, il commande la seconde armée. Il s'illustre durant le conflit pour sa répression farouche et ferme contre les mutineries dont la Première Guerre mondiale est particulièrement marquée. Il doit notamment son ascension militaire au maréchal Joffre qui le nomme commandant du secteur de Verdun le 24 février 1916. Ce n'est cependant que le 15 mai 1917 que Pétain s'illustre en confortant les soldats français, notamment par sa politique d'éviter que trop de sang coule. En effet, à cette date Nivelle échoue son offensive sur le Chemin des Dames et Joffre fait appel à Pétain pour contenir cet échec. Finalement, c'est une victoire pour Pétain, ce qui lui assure le 19 novembre 1918 une nomination comme Maréchal de France

           En conséquence, Philippe Pétain, après un long et silencieux anonymat dans le monde militaire, effectue ses premiers faits d'armes durant la Première Guerre mondiale. Le paroxysme de sa gloire militaire intervient lors de la bataille de Verdun à laquelle il fût associé ainsi qu'en témoigne son image contemporaine de "sauveur de Verdun". 

 

Un militaire en politique

Montoire Pétain Hitler           

 

            Philippe Pétain jouit d'un charisme et d'une aura militaire considérable auprès de l'opinion publique. Comme nous l'avons précédemment, il incarne le sauvetage de la nation dans une seule bataille considérée comme décisive pour l'issue de la guerre. La paix étant signée et revenue, il faut reconstruire le pays, à la fois socialement, économiquement mais aussi politiquement. C'est ce dernier point qui commence à intéresser Phlippe Pétain à partir des années 1920. Durant onze années, de 1920 à 1931, il est Vice-président du Conseil supérieure de guerre, puis inspecteurs des Armées en 1922. Néanmoins, le maréchal Pétain entre par la grande porte en politique en date du 24 mars 1939 lorsque Eduard Daladier le nomme ambassadeur de France en Espagne pour s'assurer de bonnes relatons avec le Général Franco. Mais, nous pouvons nous demander si Daladier avait réellement la volonté de renouer avec l'Espagne où s'il n'a pas envoyé Pétain auprès de Franco pour l'éloigner des affaires politiques en France, car étant très populaire et la situation de la France se dégradait dangereusement. 

              Tellement dangereusement que le Chef du Gouvernement Paul Reynaud finit par céder et le nomme ministre d'Etat et Vice-président du Conseil le 18 mai 1940. A l'heure où se pose la question de l'armistice après une succession de déroutes militaires face au IIIème Reich Allemand, Philippe Pétain se targue toujours de la même popularité et notamment auprès des partisans de ladite armistice. C'est finalement le Président Albert Lebrun qui le nomme à la tête du Gouvernement le 16 juin 1940. Pétain est au pouvoir. La consécration politique va être accordée à Pétain lorsque le Parlement installé à Vichy lui confère les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940. Par ailleurs, le vote du Parlement ne concerne pas uniquement les pleins-pouvoirs mais incombe à Philippe Pétain de rédiger une nouvelle Constitution. Ainsi, le Président du Conseil Pétain dispose des pleins-pouvoirs mais aussi du pouvoir constituant. Ce pouvoir étant le plus important institutionnellement. 

                L'Etat Français sous l'égide du maréchal Pétain, est intéressant constitutionnellement. En effet, Pétain concentre le pouvoir exécutif, législatif et judiciaire et dispose du cumul des deux titres fondamentaux : Chef de l'Etat et Président du Conseil. Toutefois, le qualificatif de "totalitarisme" semble être inaproprié pour l'attribuer à l'Etat Français. En effet, le régime de Pétain est une dictature personnelle mais l'absence de parti unique caractérise également ce régime. Toutefois, le 24 octobre 1940, la rencontre de Pétain et Hitler marque un tournant dans les objectifs politiques du maréchal Pétain. En effet, d'abord assurer la reconstruction de la France tout en conservant une certaine autonomie vis-à-vis de l'occupant allemand. Ainsi, sur le plan économique, des lois sont promulguées dans le domaine de l'agriculture, de l'industrie ou encore par l'instauration du salaire minimum. Puis, à partir de 1942, des mesures relatives au statut des Juifs prennent de plus en plus d'importance dans la politique de Pétain, et la toute relative autonomie dont pouvait jouir Vichy à l'égard de Hitler, va fondre comme neige au soleil. C'est ainsi que Pétain apparait de plus en plus comme un simple collaborateur du Chancelier nazi. Ainsi, du 23 juillet au 15 août 1945, Pétain comparait devant la Haute Cour. Les charges retenues contre lui sont graves telles "intelligence avec l'ennemi en vue de favoriser ses entreprises en corrélation avec les siennes". Il est condamné à la peine de mort à l'issue de ce procès. De Gaulle accorde la grâce à Pétain en raison de son grand âge à ce moment là et l'envoie en exil sur l'île d'Yeu où il mourra le 23 juillet 1951 à l'âge de 95 ans. 

4 votes. Moyenne 4.75 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.