Colonel François de La Rocque

Un républicain anti républicain ?

Larocque 3

 

Le colonel François de La Rocque est né à Lorient le 6 octobre 1885. Militaire ayant servi durant la Première Guerre mondiale, grièvement blessé il décide de repartir au combat. C'est surtout durant l'entre-deux-guerres que le colonel de La Rocque va s'illustrer par son activisme idéologique. En effet, il fonde les Croix-de-Feu en 1929, qui est une association d'anciens combattants. Le caractère parapolitique de cette association lui vaut une première accusation de la gauche de la IIIème République d'être anti-républicain à fasciste même. Une querelle d'historiens est d'ailleurs toujours en vigueur entre Zeev Sternheil et Pierre Milza. Ces accusations sont notamment entretenues par le fait que l'organisation même des Croix-de-Feu s'apparente à une organisation paramilitaire, dans un contexte européen de montée des nationalismes en Allemagne, en Italie surtout avec le succès de la "marche sur Rome" de Mussolini en octobre 1922. Néanmoins, François de La Rocque n'ordonne pas de participation aux émeutes insurrectionnelles du 6 février 1934 auxquelles participent notamment les royalistes de l'Action Française. Les Croix-de-Feu défilent bien ce soir là, mais sur la rive droite parisienne, faisant ainsi cortège à part des insurgés contre-révolutionnaires. 

 

Colonel de la roque

 

L'échec du 6 février 1934 et la dissolution des groupes factieux par Léon Blum en réaction, entraine l'entrée en politique de François La Rocque avec la constitution du Parti Social Français. Le positionnement politique de son parti est à droite de l'échiquier politique, mais il se distingue de l'extrême-droite contemporaine par son légalisme, son refus de l'antisémitisme biologique et, accessoirement par son positionnement en faveur du vote des femmes. Le PSF est fondé en 1936 et revendique un million d'adhérents, ce qui fait de lui le premier parti de France. Sa devise est "travail, famille, patrie". Devise qui sera reprise par le maréchal Pétain en 1940. Toutefois, durant la Deuxième Guerre mondiale, il se distingue du régime de Vichy et se range plutôt da,s le rang de résistant. Il est arrêté et détenu en Allemagne de 1944 à 1946. Durant sa captivité, il rédige ses carnets de captivité qui sont un manifeste idéologique dans lequel il reprend les raisons de son attachement à la République. Il prône une République consulaire, bonapartiste, plébiscitaire à exécutif fort. 

 

9782020981040fs

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×