La Révolution Anglaise

Il y a eu en réalité plusieurs révolutions d'Angleterre, des mouvements antimonarchistes du XVIIème siècle.

La première révolution d'Angleterre (1642-1649) mit fin au règne de Charles Ier et établit, sous la direction de Cromwell, un régime républicain, le "Commonwealth". Les causes lointaines furent la substitution de la dynastie écossaise des Stuarts à la dynastie nationale des Tudors (1603), les progrès de l'absolutisme royal (dissolution du Parlement, 1629), l'opposition générale à la levée d'un nouvel impôt, le "ship money" (1635), le soulèvement des écossais, provoqué par la politique religieuse de l'archevêque Laud (1637-1638).

Pour obtenir l'argent dont il a besoin pour vaincre l'Ecosse, le roi convoque le Parlement en 1640. Sur l'initiative de Pym, celui-ci fait juger et exécuter les deux champions de l'absolutisme, Strafford et Laud, et adresser au roi la Grande Remontrance, qui limite ses pouvoirs. Après avoir tenté en vain un coup d'Etat le 3 Janvier 1642, le roi quitte Londres, ce qui déclenche la guerre civile (1642-1646). Cette dernière oppose les royalistes, ou "Cavaliers", aux partisans du Parlement, ou "Têtes rondes". Le tournant décisif des opérations est la victoire des parlementaires à Marston Moor le 2 Juillet 1644, suivie de la réorganisation de leur armée qui écrase celle du roi à Naseby le 14 Juin 1645. Celui-ci tente de rétablir son autorité en Ecosse, où il se réfugie en 1646, mais, ayant refusé d'adhérer au presbytérianisme, il est livré par les Ecossais au Parlement anglais en 1647. Un conflit éclate alors entre le Parlement et l'armée. Charles Ier espère reconquérir son autorité à la faveur de cette division, mais ses plans sont déjoués par le chef de l'armée, Cromwell. La majorité parlementaire est prête à négocier avec le roi en septembre 1648, alors l'armée marche sur Londres et, par un coup de force, épure le Parlement le 6 décembre 1648. Celui-ci vote la mise en accusation du roi, qui est exécuté le 30 Janvier 1649. Cromwell demeure le maître de la situation.

La seconde révolution d'Angleterre (1688-1689) fut une révolution pacifique qui substitua Guillaume III d'Orange à Jacques II Stuart. La cause en est la conversion de Jacques Stuart au catholicisme et la naissance de son fils en 1688, qui assurait l'établissement d'une dynastie catholique. A l'appel de quelques notables, Guillaume d'Orange, gendre de Jacques II, débarque à Torbay en novembre 1688. Jacques II s'enfuit en France en décembre 1688. Le Parlement reconnaît conjointement comme nouveaux souverains Marie II et Guillaume III qui partagent leur pouvoir avec le Parlement ("Bill of Rights").

5 votes. Moyenne 3.60 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.